Art-Culture-France, le portail des artistes et de la culture en France
Rechercher

banniere FR RU

Agenda


PARIS 6è : EXPOSITION HET KWIATKOWSKA "LES CHAIRS DE L'AME" A LA GALERIE LES MONTPARNOS


Du 25/10/2018 au 04/12/2018
Galerie Les Montparnos, 5 rue Stanislas, 75006 PARIS



Du 25 octobre au 4 décembre 2018,

 

Het Kwiatkowska (1886-1956)

"Les chairs de l'âme"

 

Pourquoi un nom plus qu’un autre ?

Il y a tant de noms qui ont fait partie de ce Montparnasse de l’entre-deux-guerres, tant d’entre eux qui sont tombés dans l’oubli après la seconde guerre mondiale. On en a retenu si peu, une dizaine tout au plus, qui ont par leur postérité, jeté hors la mémoire les centaines d’autres, attirant tous les projecteurs sur eux. C’est une histoire inachevée à laquelle manque un grand nombre de pages et de chapitres. 100 ans après, avec du recul, aller explorer cette mémoire encore brûlante de l’art vivant et découvrir peu à peu une autre histoire. Celles des nouveautés enfouies, dissimulées dans les brumes de ce passé si éclatant de lumières et de libertés. Comme si ces noms attendaient dans les zones sombres de l’oubli qu’on les nomme à nouveau afin qu’ils puissent échapper au néant. L’oubli devenant ce purgatoire des grands artistes, des géants inconnus. Montparnasse, nous le savons, fut le carrefour central et mondial de l’art moderne. Tous les pays réunis ici autour d’une seule langue : la peinture… des milliers de noms.

Il y avait le Montparnasse des « ismes » (cubisme, fauvisme, surréalisme, futurisme…) et celui plus inclassable de l’Art Vivant. Celui où la nouveauté ne se situe
pas dans la recherche effrénée d’une formule, mais plutôt dans la quête d’être soi par la peinture. Celle-là même qui conduit à aller chercher dans les  profondeurs intimes et secrètes une matière personnelle, cette pâte et ce trait qui en finalité peuvent faire écho en chacun. Ce n’est pas intellectuel, mais sensuel, instinctif, voire parfois spirituel. De la chair à l’esprit, les traits du muscle. Les tendresses sculptées dans la matière. D’âmes et d’épiderme. Arpenter la vie comme on arpente le Boulevard Montparnasse, avec et par la peinture. Le trait imprévisible de l’existence humaine, sa trace permanente, le frisson d’être, une épaisseur posée, placée, ajustée, empâtée, écrasée sur la toile. Alors, convoquer, inviter à se présenter à nous un nouveau nom. Celui-ci est difficilement prononçable. D’ailleurs, n’est-ce pas cela le domaine de la peinture, le domaine de l’imprononçable ? La surface d’une toile ou d’une feuille de papier devenue le lieu de la rencontre avec le voir. Kwiatkowska.  Sans doute sommes-nous au tout début d’une vraie découverte. Aujourd’hui, on sait si peu de choses sur sa vie, son enfance, son parcours de peintre, ses liens avec les artistes du Montparnasse. Tout reste encore à découvrir. Son nom apparaît ici et là dans les  expositions de l’époque. L’emblématique ouvrage d’André Warnod « Les berceaux de la jeune peinture » fait état d’une exposition collective importante en 1924 à la Closerie des Lilas avec Clergé, Le Scouëzec, Mané Katz, Mela Mutter et Kwiatkowska… Elle faisait partie du groupe. Lorsque Jean-François Thibault est venu à la galerie, il y a de cela quelques années, avec certaines photographies en noir et blanc des oeuvres de Het Kwiatkowska provenant du fond Marc Vaux, le saisissement fut immédiat. Il y avait chez ce peintre un tempérament, une force véritable, nue. Par la suite il y eut la découverte des cartons remplis de dessins, d’encres et d’aquarelles et ce moment très émouvant où l’on découvre pour la première fois ces oeuvres laissées dans l’ombre depuis des décennies. Des oeuvres réalisées il y a près d’un siècle et qui apparaissaient aussi neuves que dessins d’une cartographie de terra incognita.

Dans ces cartons, des nus d’hommes et de femmes, quelques paysages à l’aquarelle, ces traits à la fois maîtrisés et fluides, tout en muscle et en volume. Des visages expressionnistes où se reflètent jusqu’à la précision la délicate discrétion des sentiments, des silhouettes tout en postures. A y déceler parfois une détermination aiguisée, cette force que rappelle le tableau d’Artemisia Gentileschi, « Judith tranchant la tête d’Holopherne ». L’homme est mis à mort d’un trait. On ne peut s’empêcher non plus de rapprocher son oeuvre avec celle de sa compatriote polonaise Tamara de Lempicka, cette âme slave, la Pologne peut-être, entre passion et élégance. Het Kwiatowska et Marcelle Challiol, un couple de femme, les « deux demoiselles » de l’atelier du 27 de la rue Delambre. La rue des grands ateliers de l’histoire. Quelques huiles de nus massifs maçonnés dans la matière, telles sculptées au couteau, des paysages de Provence si chère à l’artiste, la maison de Bramafam, et les natures mortes aux accents d’une méditerranée chantée. Ces fameux légumes de la ratatouille. Ou encore ces canaux d’Amsterdam se reflétant dans des nords d’ocres. Une peinture solide, virile, d’où le mièvre est banni. Tant de mystère reste encore sur cette oeuvre, sur les éléments biographiques, sur la localisation des huiles. Exposition-événement d’une peintre polonaise oubliée, du Montparnasse de l’entre-deux-guerres.

Exposition d’une trentaine d’oeuvres : huiles, aquarelles, dessins.
Un catalogue sera publié à l’occasion de l’exposition et disponible à la galerie. C’est un enthousiasme réel d’être à l’orée d’une telle redécouverte, certainement davantage d’informations viendront avec le temps et compléteront cette histoire. Ainsi la grande exposition de rentrée de la galerie Les Montparnos va-t-elle  donner à voir une sélection de dessins et d’aquarelles choisie ainsi que des huiles fortes qui permettront aux visiteurs et amoureux de l’histoire de l’art du quartier de découvrir un nouveau nom de ce Montparnasse qui est le nôtre et celui de tous. Kwiatkowska. Une oeuvre personnelle, libre et vraie, s’inscrivant pleinement dans la tenue de route de la galerie Les Montparnos qui est celle de l’Art Vivant.

Mathyeu Le Bal, Galerie Les Montparnos




plusVoir toutes les actualités

Pièce(s) jointe(s) :


piece_jointe



Partager l'article

Best Yoga Mat
Toilet Partitions




©2003 - 2012 Art-Culture-France - Tous droits réservés Mentions légales | Partenaires & Publicités | Plan du site | Contact