Art-Culture-France, le portail des artistes et de la culture en France
Rechercher

banniere FR RU

Agenda


LYON 1er : EXPOSITION MARINA BALLO CHARMET "AU BORD DE LA VUE" AU BLEU DU CIEL


Du 16/03/2018 au 02/06/2018
Le Bleu du Ciel, 12, rue des fantasques, 69001 LYON



Du 16 mars au 2 juin 2018,

 

Marina Ballo Charmet

"Au bord de la vue"

Commissaire : Jean-François Chevrier 


L’exposition rassemble une vingtaine d’oeuvres de Marina Ballo Charmet, qui donnent une vision d’ensemble de son travail depuis trente ans : les paysages terrestres, fluviaux et maritimes de la fin des années 1980 ; les ensembles des années 1990 dans lesquels l’oeuvre a trouvé son ampleur (Rumore di fondo [Bruit de fond] et Con la coda dell’occhio [Du coin de l’oeil]) ; deux vidéos du tournant des années 2000, qui poursuivent l’expérience de mobilité du regard et débouchent sur un autre ensemble important, Primo campo [Premier champ] en 2001-2003. Sont également présentées quelques images de Il parco (2006-2008), assemblées en « paires ». Des vues prises dans une vingtaine de parcs publics en Europe et à New York constituent un espace générique et composite, « le parc », espace urbain « autre », dont l’artiste observe les usages variés. Enfin, un groupe d’images récentes, photographiques (Autour du Péloponnèse, 2013-2015 et Giudecca, 2017) et vidéo (L’alba [L’aube], 2015) complètent une collection de « paysages » regroupant vues et fragments, sites et corps. L’orientation lyrique apparue dès les premières images trouve ici une forme accomplie, qui fait communiquer des effets de champ lumineux, une pulsation colorée, avec une imagerie archéologique.

Ballo Charmet utilise la photographie comme un outil d’expérience et un instrument de connaissance. Son travail se situe hors de l’alternative description/fiction qui détermine une grande part de la production photographique contemporaine. Elle définit l’objet premier de sa recherche comme « un déplacement du cadre au champ ». Elle s’intéresse à l’expérience d’un tact visuel qui précède la saisie de l’objet identifié (désigné, nommé).

Son premier motif fut le littoral : lieu de rencontre de la terre, du ciel et de la mer. Sa manière de voir s’est ensuite définie comme le parcours et l’épreuve de surfaces accidentées, comme la perception tâtonnante d’un volume enveloppant. En toute circonstance, elle introduit dans la description photographique une méthode d’approche distincte des voies de la connaissance distante comme des mécanismes de l’appropriation esthétique.

Son parti pris s’apparente aux recherches de Raoul Hausmann sur la vision rapprochée et périphérique. Comme lui, elle récuse l’anthropocentrisme d’une description « exacte » et soi-disant objective. On peut citer par exemple cette note d’Hausmann en 1921 : « Dans un monde où nous n’aurions plus besoin d’être des dominateurs par peur, nous n’oserions plus imposer notre petit ego corporel comme juge optique des réalités spirituelles d’un monde qui n’est pas composé de limites corporelles. Nous ne pouvons pas être des photographes oppresseurs, mais des émotionnés ! […] La vision, quand elle est créatrice, est la configuration des tensions et distensions des relations essentielles d’un corps, que ce soit homme, bête, plante, pierre, machine, partie ou entité, grand ou petit : elle n’est jamais le centre froidement et mécaniquement vu. » (Raoul Hausmann, « Nous ne sommes pas des photographes », 1921)

Le regard n’est plus une prise à distance mais un mode de participation, psychique autant que physiologique. Le regard n’est plus captateur, mais capté : attiré, attrapé, saisi. Marina Ballo Charmet s’est toujours intéressée aux mouvements inconscients de la vue, aux tropismes excentriques du regard : tout se passe d’abord pour elle au bord de la vue. Avec Primo campo, la vision dite « périphérique » est entrée dans le cadre du portrait ; l’oeil photographique divague à la surface des corps.

Les images, de format variable, font appel à des registres (sinon des genres) distants, mais reliés dans un réseau d’analogies et de récurrences. Le grand format n’est pas le vecteur d’une photogénie descriptive et spectaculaire. La description passe plutôt dans le petit format. D’un ensemble à l’autre, l’image, statique ou animée, est le lieu d’une intimité expérimentale, indéfinie ; la dimension de l’intime se donne sans béquille autobiographique, au plus près des sensations ou du « sentir » (pour reprendre le terme d’Erwin Straus).

Dans Con la coda dell’occhio, la proximité correspond à une vision rabaissée à ras de terre. Tout ce qui faisait une ville et les qualités d’un paysage urbain a disparu. Reste le socle d’un territoire urbain fragmenté. Dans les parcs comme dans la rue, la passante hallucinée se meut, évolue at land, comme on dit at sea, en mer. Ce glissement de la terre à la mer est apparu dans le titre du premier film de Maya Deren, en 1944. Les images de Marina Ballo Charmet ont cette dimension océanique de la navigation dans les villes, parmi les corps.

Jean-François Chevrier

 

Vernissage le 15 mars 2018 à partir de 18h30

En présence de l'artiste et du commissaire.

Co-vernissage avec la galerie Le Réverbère

Visite commentée par le commissaire : le 16 mars à 15h.




plusVoir toutes les actualités

Pièce(s) jointe(s) :


piece_jointe



piece_jointe



Partager l'article

Best Yoga Mat
Toilet Partitions




©2003 - 2012 Art-Culture-France - Tous droits réservés Mentions légales | Partenaires & Publicités | Plan du site | Contact