Art-Culture-France, le portail des artistes et de la culture en France
banniere FR RU

Agenda


VERSAILLES : EXPOSITION "HYACINTHE RIGAUD OU LE PORTRAIT SOLEIL" AU CHATEAU DE VERSAILLES


Du 17/11/2020 au 14/03/2021
Château de Versailles, //, 78000 VERSAILLES



Du 17 novembre 2020 au 14 mars 2021,

 

"Hyacinthe Rigaud ou le portrait soleil"

 

Le château de Versailles présente la première rétrospective consacrée au peintre Hyacinthe Rigaud (1659-1743), auteur du plus célèbre des portraits de Louis XIV. Fils de tailleur devenu peintre des rois, la figure de cet artiste brillant au parcours jalonné de succès a été injustement éclipsée par son chef-d’oeuvre. Rigaud a dominé pendant plus d’un demi-siècle le genre du portrait, auquel il a contribué à donner une importance nouvelle. À travers 150 oeuvres, l’exposition propose de découvrir cet artiste, éblouissant ambassadeur de son époque.

Artiste prolifique, Hyacinthe Rigaud a peint plus de 1500 tableaux. Novateur dans le processus de création et de diffusion de ses oeuvres, il a connu le succès auprès d’une clientèle prestigieuse et internationale ainsi que la reconnaissance de ses pairs. Le Portrait de Louis XIV en costume royal a marqué l’apogée de la carrière de Rigaud mais étonnemment cette oeuvre a totalement éclipsé le reste de sa production et de son parcours. D’autres peintres, moins proches de la cour mais plus étudiés par les historiens d’art, tels François de Troy et Nicolas de Largillierre ont déjà fait l’objet d’expositions monographiques. Cette rétrospective consacrée à Hyacinthe Rigaud ne pouvait se tenir qu’au château de Versailles tant son portrait du Roi Soleil constitue aujourd’hui l’emblème du Grand Siècle.


Le parcours de l’exposition

Organisée selon un parcours à la fois chronologique et thématique, l’exposition s’attache à décrire la carrière de Hyacinthe Rigaud, de ses débuts en Catalogne à sa consécration à Paris. Les autoportaits peints par l’artiste tout au long de sa vie seront particulièrement mis en valeur. Une section entière, spectaculaire, sera consacrée aux différents portraits de Louis XIV. Ainsi, le modello et les deux versions du portrait de Louis XIV en costume royal seront réunis pour la première fois depuis leur départ de l’atelier de Rigaud, il y a trois-cent-dix-neuf ans. Une autre section de l’exposition permettra aux visiteurs de découvrir le processus de création très singulier des portraits de Rigaud, du choix des formats à leur diffusion par la gravure, en passant par l’élaboration de dessins et la présentation d’esquisses aux modèles. Les portraits exposés reflèteront toute la diversité de la clientèle du peintre, française et étrangère.


portrait du grand siècle

L’exposition Hyacinthe Rigaud ou le portrait Soleil est l’occasion de souligner l’exceptionnelle richesse des collections du château de Versailles, sans équivalent dans le monde, pour les portraits français des XVIIe et XVIIIe siècles. Longtemps dédaigné par l’histoire de l’art, ce genre est aujourd’hui mieux connu, notamment pour les artistes des années 1700.


qui est Hyacinthe rigaud ?

Né à Perpignan en 1659 (année du rattachement de la Catalogne du nord au royaume de France), Hyacinthe Rigaud se forme dans le sud de la France avant de s’établir définitivement à Paris en 1681, à l’âge de 22 ans. C’est sur les conseils de Charles Le Brun qu’il aurait décidé de se spécialiser dans le genre du portrait, comme ses amis et contemporains François de Troy (1645-1730) et Nicolas de Largillierre (1656-1746). Protégé par le duc d’Orléans et sa famille, ainsi que par le clan Colbert, il jouit de l’estime de ses collègues artistes qui, tels Charles de La Fosse ou François Girardon, lui commandent leurs portraits. Premier prix de peinture à l’Académie royale de peinture et de sculpture un an après son arrivée à Paris, il y est agréé en 1684, reçu comme peintre d’histoire et portraitiste en 1700, puis nommé professeur en 1710. Il devient brièvement recteur et directeur de l’institution entre 1733 et 1735. Rigaud est le peintre de la haute noblesse, mais aussi des hommes d’Église, des magistrats et des financiers. Cette clientèle choisie, bien connue grâce à ses livres de comptes, permet à l’artiste d’amasser des livres, des oeuvres d’art et une fortune considérable dans son hôtel particulier de la rue Louis-le-Grand, où il s’éteint le 29 décembre 1743.




plusVoir toutes les actualités

Pièce(s) jointe(s) :


piece_jointe



piece_jointe



Partager l'article