Art-Culture-France, le portail des artistes et de la culture en France
banniere FR RU

Agenda


LYON 1er : EXPOSITION ALAIN BIET "GRANDE PERCEE" A LA GALERIE KASHAGAN


Du 18/09/2021 au 30/10/2021
Galerie Kashagan, 12 rue des Capucins, 69001 LYON



Du 18 septembre au 30 octobre 2021,

 

Alain BIET

"Grande percée"

 

Alain Biet s’intéresse aux notions de prolifération, de migration, de zapping, de déplacement, de classements. Ces ensembles, ces mondes constitués d’une quantité importante d’objets, de dessins, jusqu’à l’envahissement, impliquent un questionnement sur les limites du visible et les relations au vivant. Artiste polymorphe, Alain Biet est tour à tour plasticien, musicien, réalisateur et acteur de ses propres films. Lecteur assidu du catalogue Manufrance et de l’Encyclopédie des farces et attrapes, héritier des dadaïstes et des incohérents, Alain Biet se pose en héros d’une épopée riche en rencontres.

 

Né à Montrichard en 1959. Il étudie aux Beaux-Arts d’Orléans et obtient un DNSEP en 1982. Depuis cette époque, il participe et organise de multiples manifestations et expositions en France, Italie, Belgique. Il est membre de divers collectifs comme Oulan Bator, Margouillart, Station Mir, L’atelier de la casserole, Le God et Le Musée de l’Objet. Il enseigne entre 1985 et 1990 aux Beaux-arts d’Orléans et depuis cette date aux Beaux-arts de Blois.
 
Très en vogue à partir du XVIe siècle, les cabinets de curiosités préfigurèrent les Musées d’histoire naturelle tels qu'ils apparurent au XVIIIe siècle. Ce siècle qui fut celui de l'Encyclopédie et qui inaugura de nouvelles conditions scientifiques et politiques . Les questions de méthode et de classification se rapportèrent alors ici essentiellement à une catégorie majeure, les “naturalia“, c'est à dire ce qui se rapporte au domaine de la nature, au détriment des “artificalia“ - les choses de l'homme.
 
En apparence, Alain Biet, reprend à son compte cette idée de collection et d'amoncellement d'objets mais dans le sens premier de l'art et de ces artificalia : ce qui est lié à la production humaine. Aussi détourne-t-il la manière des naturalistes ou des entomologistes pour se consacrer à une forme d'archéologie des technologies de notre temps. Une archéologie suppose l'effacement, la mémoire, le désir de conférer au passé une valeur d'éternité. Or Alain Biet choisit d'inscrire l'obsolescence et l'éphémère des objets contemporains comme témoignage de l'absurde. Car l'artiste parle avec distance de la vanité des choses, de leur banalité fondamentale. Il crée, avec l'élégance d'une rigueur froide et d'une manière très élaborée, un catalogue d'objets dont l'accumulation pose davantage la question de leur disparition que de leur présence ou de leur éventuelle utilité. Pourtant l'on perçoit derrière son détachement, l'ironie dadaïste dans cette obstination maniaque à fixer des images qui ne sont celles que d'une apparence de séduction.
 
Depuis 2004 l'artiste entreprend d'archiver systématiquement les images des objets électriques. Ce catalogue d'environ 7000 dessins répond à un protocole très stricte d'un point de vue documentaire. Alain Biet utilise la méthode des anciens naturalistes avec un dessin à l'aquarelle, avec toujours un même angle de vision et un même point de fuite sans aucune ombre portée. De par sa banalité outrancière et la perfection de son style, le dessin se pare, paradoxalement, d'une telle solitude qu'il aspire à se charger d'un sens et à témoigner d'un manque. C'est ici l'image fixe d'une disparition et de l'amoncellement pour exprimer le vide. C'est l'image du temps, comme le fit autrement Opalka, avec la même obstination, la même retenue méticuleuse : jour après jour, reprendre le fardeau de l'image comme un journal de bord pour raconter l'inutile mais par le biais de cette beauté froide et étrange qui lui confère une âme. Ne nous y trompons pas, Alain Biet est un grand artiste. Dessinateur, cinéaste, musicien et clown à ses heures, il dévore le temps. Ses échantillons électriques sont des lambeaux de jours, des cailloux semés sur le bord d'une route. C'est ainsi qu'on écrit une histoire.

 

Vernissage samedi 18 septembre 2021 de 17h à 21h en présence de l'artiste.




plusVoir toutes les actualités

Pièce(s) jointe(s) :


piece_jointe



Partager l'article